Deviens un Maki !

En Français En Anglais

Un mot de passe vous sera envoyé par mail.

Content de te revoir Maki !

Se souvenir de moi
category.php

Lightpainting

Posté par le 09/06/2013 Dans Technique | 0 Commentaire

1
Loading ... Loading ...
Idéal pour une activité à plusieurs, le lightpainting permet de modifier la réalité à votre guise et de créer des univers fantastiques! Cette technique est utilisable dans le noir et consiste à prendre un temps d'exposition assez important (ex : 30 sec) et dessiner des motifs lumineux dans le champs de l'appareil photo pendant la prise de vue. deux possibilités s'offrent donc à vous, au niveau du rendu : - Obtenir une image constituée uniquement des motifs imprimés en lumière - Obtenir une photo dont le contenu est amélioré par des motifs lumineux (élaborer les motifs en lumière dans le noir, puis éclairer brièvement la prise de vue réelle)

 Au cours d'une séance collaborative de lightpainting, nous avons réalisé ce tsunami de lumière.

L'exemple ci-dessus, Le Tsunami, est une illustration de l'option 1. C'est un travail à 6 mains (3 personnes) :
  • La vague est faite avec un iphone et une feuille bleue
  • Les gouttelettes sont générés en agitant des bâtonnets lumineux de discothèque
  • Les personnages sont créés avec une lampe de poche forte et une feuille blanche (on peut voir d'ailleurs son visage éclairé en rouge à droite des personnages)

L'exemple ci-dessus, Gozilla, est une illustration de l'option 2 où on a gardé des éléments réels (le canapé) et créé une scène fantastique autour. C'est un travail à 6 mains ici aussi (3 personnes) :
  • La voiture est faite avec une lampe porte-clé à deux LED et les éclats de sang avec un bâtonnets de discothèque
  • Gozilla est fait avec une lampe de poche faible et une feuille verte
  • Les personnages sont créés avec une lampe de poche forte et une feuille blanche

Gozilla attacks!

 

Matériel nécessaire

  • Réflex numérique
  • Quelques sources lumineuses variées (iphone, lampes de poche, flashs, bougies, briquets, batons à cocktail lumineux,...)
  • Des feuilles de couleur afin de pouvoir modifier la couleur de la source lumineuse (feuilles de bonbon, intercalaires de vieux classeurs...
  • un lieu calme et sombre
  • Idéalement plusieurs personnes afin de pouvoir élaborer un tableau complexe en peu de temps
  • Une tenue sombre (idéalement + gants noirs et cagoule noire)

Modus operandi

  • Déposer votre appareil photo sur un endroit plan et stable (idéalement sur un trépied) et vérifier à la lumière que le cadrage est bon
  • Choisissez un ISO faible (100/200) afin de pouvoir un temps d'exposition long (ex : 30 sec). Le temps d'exposition dépendra de la luminosité du lieu. N'oubliez pas d'utilisez un retardataire afin de pouvoir vous mettre en place!
  • Définissez bien le tableau souhaité et répétez la "chorégraphie" au moins une fois (surtout si vous êtes plusieurs). Vous verrez, étonnemment on a de très bon repères dans le noir et même des dessins pouvant paraître complexes sont intuitivement réussis.

Tips et avis

  • La lumière que vous imprimez sur la photo va avoir tendance à vous éclairez n'hésitez pas à bouger pour éviter ces artéfacts sur la photo. Vous pouvez aussi en profitez pour éclairer volontairement certaines parties du décor.
  • l'Iphone est une source de lumière plutôt diffuse et large, pas terrible pour définir qqch de précis. Les bâtons à cocktail permettent de dessiner des traits fins mais sont peu lumineux, des passages répétitifs seront nécessaires
  • Cette technique de photo est très conviviale et parfaite comme activité de groupe demandant de la coordination et de l'imagination
  • N'hésitez pas à suivre chaque personne dans son idée, les possibilités sont multiples et rien ne vaut un essai pour se faire une idée.
A vos lampes torches jeunes maki et n'hésitez à partager vos oeuvre d'arts!

Tutoriel: photographier les trainées d’étoiles et en faire un timelapse

Posté par le 28/10/2012 Dans Technique | 10 commentaires

1
Loading ... Loading ...
Tutoriel: photographier les trainées d’étoiles et en faire un timelapse

Avec les beaux jours et si vous vous éloignez des grands centres urbains et de la pollution lumineuse, l’été est particulièrement propice à l’observation des étoiles et donc à la photo nocturne !

Dans la lignée du post du mois dernier présentant un timelapse  hallucinant de notre Terre vue du ciel, j'ai eu envie de vous faire partager ma première expérience de photographie d'étoiles et de time-lapse, du 2 en 1 en quelque sorte. Outre le fait d'être très plaisant, l'exercice vous permettra d'en apprendre beaucoup sur l'utilisation de votre appareil dans des conditions extrêmes, sur la prise de vue nocturne et sur la gestion du bruit. Vous avez peut-être déjà vu ce genre d’images, où les étoiles laissent une belle trainée circulaire colorée. On parle de filé d'étoiles, voire de filé d'étoiles circumpolaire si on veut faire péter le scrabble. Si l'on souhaite effectuer une prise de vue avec une belle course aux étoiles, il existe deux techniques:
  • prendre une seule photo avec un loooooong temps de pose (genre >40min);
  • prendre plein de photos à intervalle régulier puis les 'assembler' (méthode de stacking).
Les deux méthodes ont leurs avantages et leurs inconvénients. La première demande moins de matériel et finalement moins de boulot en post-traitement, mais premièrement, il suffit de pas grand chose pour que tout soit raté (un coup de phare de voiture, une rafale de vent, une panne de batteries...) et deuxièmement, cette technique génère énormément de bruit dans votre image. Avec la deuxième méthode que nous détaillons ici, il vous faut un dispositif de contrôle de l'appareil (pas testé à la mano mais ça doit être jouable) et un logiciel de post-traitement. Mais en plus de ne pas avoir les défauts de la première méthode, cette technique vous permet d'avoir un sujet de premier plan correctement exposé et de faire un film de vos photos, c'est mieux, non?

Quelques principes de bases pour photographier les étoiles

Quel matériel pour photographier un filé d'étoiles?

Pour cet exercice, il vous faudra:
  • Un trépied, indispensable;
  • Un APN disposant d'un mode manuel ou à défaut permettant de choisir un temps d'exposition long (>15s). L'idéal est de disposer du mode 'bulb' sur son APN;
  • Quelques notions d’astronomie ;
  • Un dispositif de controle du déclenchement de l'appareil. Dans mon cas et n'ayant pas d'intervalomètre sous la main, j'ai utilisé mon PC portable, un cable USB et le logiciel gratuit fourni avec mon appareil Canon (EOS Utility).
  • Une lampe de poche, pratique pour se répérer et pour pourquoi pas peindre votre premier plan.

Astronomie 101 ou comment repérer le point fixe de la course aux étoiles?

Il n’est pas nécessaire d'avoir un PhD en astrophysique, mais quelques très basiques notions d'astronomie sont plutôt utiles. Le mouvement apparent des étoiles est lié à la rotation de la Terre. Dans l’hémisphère Nord, l’étoile Polaire étant dans l’axe de rotation de notre planète, elle va apparaitre comme un point fixe autour duquel toutes les autres étoiles vont sembler tourner. Dans l'hémisphère Sud, il faut repérer la croix du Sud. Voici comment les repérer pour soigner votre compo.
  • Vous êtes un bon geek et vous avez un smartphone : Téléchargez une appli de carte du ciel sur votre smartphone (au hasard Sky Map sur Android, Star  Map sur iphone). Ca marche du tonnerre et ça prend 3 secondes.
  • Vous êtes en mode baroudeur, romantique, à l’arrache, pauvre : Polaris est l’étoile la plus brillante de la Petite Ourse.Si vous savez grosso-modo où est le Nord, ça part déjà bien, c’est par là qu’il faut chercher. Repérez d’abord la Grande Ourse. En début de nuit estivale, genre 2-3h après le coucher du soleil, elle apparait plutôt basse dans l’horizon, on la reconnait à sa fameuse forme de casserole. Une fois trouvée, il suffit de suivre une ligne imaginaire qui passerait par les deux étoiles formant le bout du récipient de la casserole. A environ 5 fois la distance entre ces deux étoiles, vous tombez sur Polaris qui n’est autre que la queue de la Petite Ourse, ou autrement dit l’extreme point du manche de la petite casserole !
La croix du Sud est plus délicate à repérer, et n'ayant pas eu l'occasion de faire l'exercice, je vous renvoie ici pour en savoir davantage.

Avantage du grand angle et règle du 500 pour la photographie d'étoile

N'importe quel objectif peut servir à photographier le ciel mais il est préférable que celui-ci ait une grande ouverture pour limiter les temps de pose et donc le bruit, et il est beaucoup plus facile de faire une telle photo avec un grand angle et ce pour deux raisons:
  • Il n'est pas très aisé de faire une composition dans le noir complet. Avec le grand angle au moins, on est quasiment sûr d'avoir ce que l'on veut dans son champ. C'est tout bête.
  • Les étoiles se déplacent très vite! Et plus on est loin du point fixe, plus elles tournent vite. Ca peut paraitre peu intuitif à première vue, mais je vous assure que selon votre angle de vue, sur une prise de 30 secondes avec votre objectif de kit, les étoiles n’apparaîtront pas figées. OK et le grand angle alors? Et bien c'est simple, plus vous regardez votre sujet mouvant de près, plus il a l'air de se déplacer vite. Si vous avez déjà regardé la lune avec un télescope amateur, vous voyez exactement de quoi je parle.
Il existe une règle simple pour déterminer le temps d'exposition maximal que vous pouvez utiliser sans observer d'effets de traîne qui consiste à diviser 500 par votre focale en équivalent 35mm (multiplier par 1.6 si vous avez un petit capteur). A 35mm avec l'objectif de kit de votre EOS 500D (petit capteur), cela donne 500/(50*1.6) = 6.25 secondes! C'est court... Si vous souhaitez faire un beau timelapse, ou pour chaque image le temps est bien "figé", il est nécessaire que votre échantillonnage respecte cette règle.

Un photoblog avec WordPress

Posté par le 12/08/2012 Dans Actualité, Contenu, Technique | 2 commentaires

1
Loading ... Loading ...
Un photoblog avec WordPress
Inutile de rappeler que WordPress est un formidable moteur pour créer un blog mais qu’en est-il pour un photoblog? Après plusieurs mois d’existence, nous nous sommes dit qu’il pourrait être intéressant de faire un retour sur l’utilisation de WordPress comme moteur de photoblog pour propulser MakiPix et partager quelques outils et plugins qui ont été retenus pour réaliser ce site. C’est en quelque sorte un retour d’expérience et un tutoriel pour tirer le meilleur parti de vos photos. (suite…)