Deviens un Maki !

En Français En Anglais

Un mot de passe vous sera envoyé par mail.

Content de te revoir Maki !

Se souvenir de moi

TGV Lyon Paris

le 18/08/2012 | 0 Commentaire

Amical, ce TGV  Lyon Paris de 13H46 le 18 aout. Un aquarium, avec quelques passagers affalés, occupés à garder encore un peu de leurs vacances, gros poissons bouzinant en silence, jeux flêchés, sudoku, bouquins, pas encore les écrans affairés à suivre des courbes de croissance ni les copies doubles Clairefontaine…

Et moi, ensuquée par mes organes nasaux qui n’ont pas resisté à la clim, j’étais comme un poisson dans un bocal dans un aquarium. Après une mise en bouche un peu rassis et sêche, pas grand-chose à attendre du Figaro et du Monde du 18 aout, en suçant un noyau de pêche que j’avais pris soin de prendre pour le voyage, j’étais prête à me repaitre de mon Gavalda, je sais ce que tu en penses, ok, mais un petit conte de fée pour aider à la rentrée, ça ne se refuse pas, non ? pieds nus sur le siège opposé, je me suis permise ce relâchement  vu que mon voisin de gauche ,asiatique que je jugeais  très distingué , rapport à ses   souliers  peut être, passablement portés  mais à picots, plutôt Weston , avait fait de même, en gardant ses chaussettes , et je suis partie rejoindre Camille, Frank  Philibert  et Paulette dans leurs jolies aventures de tendres paumés. Ca a marché presque deux heures et puis le type de derrière s’est mis à parler à son voisin, j’ai pensé c’est drôle d’engager la conversation après deux heures de silence, mais il parlait plutôt bien, d’une voix douce, d’un ton posé, en détachant les syllabes, j’ai pensé il s’exprime bien. Il parlait d’un bouquin , toujours sympa quelqu’un qui vient de lire un livre et veut le faire partager, j’ai compris que c’était plutôt un essai, le type disait que l’auteur expliquait que pour changer la vie, il fallait commencer par faire de tous petits changements dans sa vie, et j’ai trouvé ça plutôt juste. Et puis il a nommé le livre, et j’ai compris que c’était pas  de la philo, plutôt un truc sur le développement personnel, et il a fait référence à un site web, ouh la la, j’ai pensé que ça se gâtait,  plutôt marchand de soupe, et j’ai voulu lâcher, replonger chez Gavalda,  mais impossible, bloquée au bord  par la voix de ce type qui adherait comme du sparadrap, qui s’imposait insidieusement et j’ai commencé à penser qu’il en faisait trop, le bouquin d’accord, mais là, on en était au moi je, quelque chose comme quoi il était très satisfait de ce qu’il faisait professionnellement qui l’épanouissait etc…toujours sans un mot plus haut que l’autre, bien articulés, comme une petite moulinette pour hacher la viande pour bébés . Là, ça a commencé à me gonfler, j’ai pensé ce type, il a surement un polo dans les bleu clair, pas vraiment définissable comme couleur, avec un petit col et trois boutons, pas un Lacoste mais un truc approchant, genre Cyrillus, et il doit plier un à un ses vêtements  sur la chaise et poser délicatement ses lunettes avant de faire l’amour. J’ai pris mon sac à dos et fais un mouvement reptilien pour me jeter trois rangs devant pour ne plus entendre la moulinette, mais quand je l’ai regardé, il avait bien un polo bleu clair à trois boutons . Pour le reste, j’ai

pas pu verifier…

 

Paris, le 18 Août

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *